une médaille d’argent au goût de liberté pour le judoka iranien naturalisé mongol

Publié le :

Iranien d’origine, c’est sous les couleurs de la Mongolie que Saeid Mollaei a décroché l’argent aux Jeux de Tokyo. Le judoka a quitté son pays car la fédération iranienne lui avait donné l’ordre de ne pas combattre contre des adversaires israéliens.

Saeid Mollaei rêvait de l’or, mais c’est avec un grand sourire qu’il a reçu sa médaille d’argent, mardi 27 juillet, aux Jeux de Tokyo. Le judoka mongol d’origine iranienne a été battu en finale de la catégorie des -81 kg des Jeux olympiques 2020 par le Japonais Takanori Nagase, mais il a remporté une victoire sur son destin.

Quand il portait les couleurs de l’Iran, Saied Mollaei avait été champion du monde en 2018. En 2019, lors des Mondiaux de Tokyo, dans la même salle du Budokan où se déroulent actuellement les Jeux, il avait reçu l’ordre de son comité olympique d’abandonner contre le Belge Matthias Casse en demi-finales, pour ne pas avoir à affronter l’Israélien Sagi Muki en finale.

Comme le raconte le site de la Deutsche Welle, “un employé de l’ambassade iranienne l’avait alors approché dans la salle d’échauffement et lui avait dit que de membres des forces de sécurité étaient au même moment chez ses parents”. L’athlète avait alors eu peur. “Que serait-il arrivé à moi et à ma famille ? J’ai donc obéi aux ordres”, avait-il admis plus tard. Sur Instagram, le judoka avait quand même félicité Sagi Muki devenu champion du monde. Un message qui n’avait pas plu aux autorités iraniennes.

“J’ai commencé une nouvelle vie”

Saeid Mollaei a ensuite quitté l’Iran pour l’Allemagne et participé quelques temps à des tournois sous les couleurs de l’équipe des réfugiés, avant d’obtenir la nationalité mongole. En début d’année 2021, il a combattu en Israël, où il a rencontré Sagi Muki, qui l’a présenté comme un “frère”. “J’ai tout laissé derrière moi et j’ai commencé une nouvelle vie. J’ai presque tout oublié de ce qu’il y avait avant”, a-t-il déclaré mardi, après avoir reçu sa médaille.

“Une médaille olympique, ça n’est pas rien. Je suis avec une superbe équipe d’athlètes. Les Mongols sont très gentils, très chaleureux. Et je suis très heureux d’avoir gagné cette médaille pour la Mongolie et le peuple mongol”, a-t-il ajouté.

Son ancien adversaire Sagi Muki, avec qui il s’est entraîné pendant deux mois en Israël avant les Jeux, a lui aussi réagi après cette médaille. “Je suis super heureux pour Saeid”, a dit en conférence de presse le sportif israélien éliminé en 8e de finale, comme le rapporte I24. “Je sais ce qu’il a vécu. C’est un ami très proche et je suis si heureux qu’il ait réussi à réaliser son rêve. Il le mérite, son parcours est incroyablement inspirant”, a-t-il ajouté. Selon le site Deadline, une série télévisée serait d’ailleurs en préparation sur cette belle histoire d’amitié entre ces deux athlètes. 

Lors des Jeux de Tokyo, le judoka algérien Fethi Nourine a déclaré forfait car il ne voulait pas avoir à affronter un adversaire israélien dans sa partie de tableau, expliquant sa décision par son soutien à “la cause palestinienne”. Il devait d’abord affronter le Soudanais Mohamed Abdalrasool lundi au premier tour, avant de combattre l’Israélien Tohar Butbul au tour suivant. Il a depuis été suspendu par la Fédération internationale de judo et son accréditation lui a été retirée.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *