Simone Biles décroche le bronze à la poutre, la médaille du courage

Publié le : Modifié le :

La superstar américaine Simone Biles, à l’arrêt depuis une semaine, a finalement participé à l’épreuve de la poutre lors de la dernière finale de gymnastique féminine des JO de Tokyo. La quadruple championne olympique a réalisé son exercice sans encombres et a remporté la médaille de bronze.

Alors que les regards du monde entier étaient braqués sur elle, Simone Biles n’a pas tremblé. La superstar américaine, fragilisé par une perte de confiance et un phénomène de perte de repères dans l’espace, a fait son retour, mardi 3 août, dans l’épreuve de gymnastique féminine.

Après une semaine de pause, la légende de la discipline a finalement décroché la médaille de bronze avec un score de 14 000 points. L’épreuve a été remportée par la Chinoise Guan Chenchen, sa compatriote Tang Xijing a terminé deuxième.

Une médaille au goût d’or

Simone Biles a réalisé son exercice sans encombres, mais en effectuant une sortie moins spectaculaire que celle qu’elle fait habituellement, sans faire de vrilles. Le phénomène de “perte de figure” qui lui fait perdre ses repères dans l’espace, est particulièrement problématique sur les acrobaties arrières comportant des vrilles d’après les spécialistes. 

La quadruple championne olympique en 2016, 19 fois championne du monde avait surpris en quittant la finale du concours général par équipes après un seul saut mardi dernier. Elle avait ensuite déclaré forfait pour la finale du concours général individuel, puis pour celles du saut, des barres asymétriques et du sol. À 24 ans, pour ses deuxièmes JO, elle est en proie à une baisse de confiance en elle.

La sportive publie régulièrement ses états d’âme sur les réseaux sociaux.  “J’ai le droit d’avoir des limites et de ne pas me sentir mal (d’en avoir, ndlr)”, pouvait-on lire en légende d’un dessin publié dimanche. Il y a quelques jours, elle y avait posté une vidéo la montrant chutant lors de sorties aux barres asymétriques et expliquant en quoi consistait le phénomène de “twisties” qui lui fait perdre sa faculté à se repérer dans l’espace et peut conduire à un accident. 

Après avoir eu un problème au saut en finale du concours général par équipes, ce qui l’avait conduit à abandonner en cours de compétition, elle avait expliqué avec une grande franchise devoir “faire face à ses démons” et préserver sa santé mentale après avoir subi une grosse pression de réussite ces dernières semaines. La Texane a déjà surmonté bien des épreuves. Elle a été adoptée par ses grands-parents biologiques, car sa mère était alcoolique et toxicomane. Et en 2018, elle a révélé avoir été une des victimes du médecin Larry Nassar, reconnu coupable d’agressions sexuelles sur des dizaines de jeunes gymnastes américaines.

Simone Biles était depuis des mois présentée comme “LA” star des Jeux de Tokyo, à grands coups de couvertures de magazines et de spots télévisés. La finale de la poutre était la dernière au programme de la gymnastique artistique féminine. C’était donc la dernière chance de revoir la championne américaine sur les agrès tokyoïtes.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *