Sébastien Haller, le buteur ivoirien qui pulvérise les records avec l’Ajax

Sébastien Haller continue d’affoler les compteurs en Ligue des champions. Mercredi, il est devenu le premier joueur de l’histoire de la compétition à inscrire neuf buts lors de ses cinq premiers matches. À 27 ans, l’attaquant ivoirien de l’Ajax Amsterdam arrive enfin à maturité et devrait être l’une des stars de la CAN au Cameroun. 

Sébastien Haller marche sur l’eau. Mercredi 24 novembre, le buteur ivoirien de l’Ajax Amsterdam a encore frappé à Istanbul, en inscrivant un doublé face au Besiktas déjà éliminé (2-1), ses 8e et 9e buts en C1.

À 27 ans et pour sa première en Ligue des champions, Sébastien Haller entre encore dans l’histoire de la compétition. Il est devenu avec ces deux nouveaux buts le premier joueur de l’histoire de la Ligue des champions à inscrire neuf buts lors de ses cinq premiers matches.

En septembre, pour son tout premier match en C1, il avait déjà marqué les esprits. Il était devenu le 16e joueur à inscrire un quadruplé depuis qu’elle a été rebaptisée Ligue des champions (1992), succédant à Olivier Giroud qui avait réalisé le même exploit le 2 décembre 2020 pour Chelsea sur la pelouse de Séville (4 à 0). 

Recrue la plus chère de West Ham puis de l’Ajax 

Fils d’une mère ivoirienne et d’un père français, Sébastien Haller est né à Ris-Orangis, en région parisienne. Il commence le football à l’âge de 9 ans et apparaît très vite sur les radars de l’AJ Auxerre, qu’il rejoint à l’âge de 13 ans. 

Dans le prestigieux club formateur, l’attaquant impressionne et est vite surclassé. Il empile rapidement les buts chez les U15, concluant même une saison avec 50 buts en 19 matches. À 16 ans, il évolue déjà avec la réserve du club en CFA. Il est lancé chez les pros en novembre 2013 et a la lourde tâche de porter le poids de l’attaque auxerroise malgré son jeune âge. 

La progression linéaire s’arrête là. Si ses qualités de finisseur et son jeu aérien font l’unanimité, on lui reproche une certaine nonchalance. En manque de temps de jeu, il est prêté aux Pays-Bas, à Utrecht, avec option d’achat. 

Dès son arrivée, il explose. Pour son premier match, il signe un quadruplé face à Dordrecht en guise d’apéritif et termine sa première saison avec 11 buts en 17 matchs. Après deux saisons pleines, il change à nouveau d’air et est transféré à l’Eintracht Francfort pour 6 millions d’euros. 

Son duo avec Luka Jovic fait valser les défenses de Bundesliga. Les deux hommes remportent notamment la Coupe d’Allemagne. Sébastien Haller tape finalement dans l’œil de West Ham, où il s’engage pour cinq saisons contre un montant de 50 millions d’euros. Il devient ainsi la recrue la plus chère de l’histoire des Hammers. 

L’Ajax offre à Sébastien Haller l’occasion de rebondir aux Pays-Bas. Acheté 22,5 millions d’euros, il devient la recrue la plus chère de l’histoire des Lanciers, et même de l’Eredivisie. Sébastien Haller retrouve un championnat qu’il connaît bien et dispute 22 matches et marque 13 buts, avec un doublé Coupe-Championnat. 

Pas de Coupe d’Europe en revanche : à la suite d’une boulette administrative, l’UEFA ne l’autorise pas à épauler l’Ajax pour la Ligue Europa. De quoi le surmotiver pour sa première en Ligue des champions.

“Ça m’a procuré des sensations différentes. C’est une sorte de rêve. Toute ta vie, tu attends pour jouer ce genre de matches. Et là, tu marques quatre fois pour ton premier match [de Ligue des champions]. C’est fantastique, mais je dois vraiment remercier mes coéquipiers. Ce sont eux qui m’ont mis dans cette position”, avait-il réagi à chaud en septembre après sa première dans la compétition.

La CAN en vue 

Côté sélection nationale, Sébastien Haller a longtemps rêvé de rejoindre l’équipe de France. Il a fait partie de toutes les sélections de jeunes depuis les U17. Avec les Espoirs, il a participé à 20 matches et inscrit 13 buts. Cependant, devant l’horizon bouché par la concurrence, il a fait le choix de la raison et a finalement opté pour la Côte d’Ivoire, patrie d’une des idoles de ses jeunes années, Didier Drogba.


“Ça fait des années que ça me préoccupe. J’ai fait beaucoup de sélections en jeunes avec les Bleus, mais à un moment, il faut prendre une décision. Pour cela, il faut analyser ses performances, regarder la concurrence à son poste, se rappeler quel âge on a et ne pas se mentir”, analysait-il en juin 2021, interrogé par So Foot. “En parallèle, le coach des Éléphants m’a contacté et est venu me voir. J’ai pris le temps de réfléchir pour ne pas me tromper. Quand on fait un choix, il doit être assumé.”

Convoqué par le sélectionneur ivoirien Patrice Beaumelle, il étrenne son maillot orange à l’occasion d’une double confrontation face à Madagascar. Lors de son premier match, il s’offre même le luxe d’inscrire le but de la victoire à sa nouvelle sélection, de quoi rassurer les Ivoiriens sur sa motivation. 

“Quand j’ai marqué mon premier but lors de ma première sélection contre Madagascar, ça a été quelque chose. J’étais très, très heureux. C’était un grand moment et j’espère que ce n’était que le premier”, se rappelle-t-il pour So Foot. “Avant la sélection, je [n’étais] allé que deux fois [en Côte d’Ivoire]. Quand j’y suis retourné avec les Éléphants, c’était un plaisir de ressentir les vibes ivoiriennes, ça fait du bien. La vie de groupe aussi, sortir du quotidien du club, c’était génial. Et ça permet de relativiser, tu te sens chanceux quand tu côtoies des joueurs qui n’ont pas la même vie, qui gagnent 600 balles par mois en s’entraînant sur des terrains pourris.” 

Sept ans après leur dernier succès à la CAN, les Éléphants ont rendez-vous en janvier 2022 au Cameroun pour disputer la compétition continentale africaine. Dans une sélection qui compte déjà des stars comme Serge Aurier, Éric Bailly, Wilfried Zaha et Nicolas Pépé, Sébastien Haller sera une arme supplémentaire dans l’arsenal de Patrice Baumelle pour tenter de remporter le titre, à deux ans d’une édition disputée à la maison.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *