sans trembler, Monaco rejoint Paris en finale

Publié le :

Les Monégasques se sont imposés jeudi 5 à 1 face à Rumilly-Vallières en demi-finale de la Coupe de France. Ils rejoindront les Parisiens en finale le 19 mai.

Mené pendant sept minutes, Monaco n’a pas trop souffert pour s’imposer 5 à 1 aux dépens de Rumilly-Vallières, club de National 2 (4e div.), jeudi 13 mai au Parc des sports d’Annecy en demi-finale de la Coupe de France. Le club affrontera Paris Saint-Germain le 19 mai en finale. Les Parisiens se sont qualifiés mercredi (2-2, 6-5 t.a.b.) face à Montpellier.

Rumilly ouvre la marque

Pour leur première confrontation avec un club de l’élite à l’occasion de leur dixième match dans l’épreuve, alors que le championnat de N2 est arrêté depuis octobre, les Haut-Savoyards, vainqueurs au tour précédent de Toulouse (L2, 2-0), n’ont pas démérité et ont même pu espérer réaliser l’exploit l’espace de 27 minutes.

Le temps de résister, dans un premier temps, puis d’ouvrir la marque à la 20e minute sur un tir lointain de leur capitaine Alexi Peuget, servi par Joris Cottin qui avait récupéré le ballon après une mauvaise relance de Djibril Sidibé, le tout sans l’effervescence du public mais plutôt dans la tristesse du huis clos.

Mais les Monégasques, troisièmes de la Ligue 1, qui ont renoué avec la victoire à Reims (1-0) après avoir perdu contre Lyon (3-2), se sont mis au vert depuis trois jours avec en tête de terminer la saison en boulet de canon avec leur billet en Ligue des champions en poche et en soulevant la Coupe de France pour la première fois depuis trente ans (1991).

Et même s’ils ont concédé leur premier but dans la compétition 2020-2021, ils ont quand même contrôlé la rencontre sans faire de sentiment.

Du coup, l’espoir n’aura finalement duré que sept minutes pour les joueurs du Pays de l’Albanais car l’ASM a rapidement égalisé avec un but inscrit contre son camp par Arthur Bozon à la réception d’un centre délivré de l’aile gauche par Fodé Ballo Touré (1-1, 27).

Fabregas sur trois buts

Rumilly-Vallières, qui n’avait pas concédé de but sur ses cinq dernières rencontres de Coupe de France, a même dû s’incliner de nouveau cinq minutes plus tard avec un but d’Aurélien Tchouaméni, qui a repris de la tête un corner joué de la droite par Cesc Fabregas (2-1, 32). 

Et l’addition aurait pu être plus salée encore à la mi-temps si Kevin Volland n’avait pas trouvé la barre transversale après un bon service de Wissam Ben Yedder (37).

Ce dernier, en devançant, dans la surface de réparation la sortie du portier Dan Delaunay d’un ballon piqué, a porté le score à 3-1 en début de seconde période après un une-deux avec Fabregas, qui a ainsi délivré sa seconde passe décisive dans le match, la troisième cette saison dans l’épreuve (55e).

Dans le dernier quart d’heure, Fabregas a ajouté un quatrième but pour son équipe sur un coup franc après une faute sur Tchouaméni (4-1, 78).

En fin de partie, Niko Kovac a pu gérer son effectif en préservant Ben Yedder et Volland, remplacés par Ruben Aguilar et Aleksandr Golovin (70) lequel a porté le score à 5-1 peu après son entrée en jeu (81), puis en sortant Tchouaméni et Fabregas au profit de Youssouf Fofana et Florentino Luis (79) ou encore Gelson Martins pour Valentin Decarpentrie (83).

De son côté, Fatsah Amghar, l’entraîneur haut-savoyard, a lui aussi apporté du sang frais à sa formation qui a bien tenu physiquement mais forcément en manque de rythme par l’absence de compétition, histoire aussi de récompenser un maximum de joueurs pour leur formidable parcours.

Le GFA Rumilly-Vallières est seulement le quatrième club de niveau 4 à atteindre le dernier carré de la compétition après Calais (2000),  Montceau-les-Mines (2007) et Quevilly (2010). Et cela méritait bien les accolades entre joueurs des deux équipes en fin de partie.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *