l’Ukraine souffre mais se relance face à la Macédoine du Nord

Publié le :

L’Ukraine s’est imposée 2-1 jeudi face à la Macédoine du Nord pour son deuxième match de l’Euro-2021. Une victoire qui relance les Ukrainiens dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale, après leur défaite dimanche face aux Pays-Bas.

L’Ukraine a souffert mais s’est relancé dans le groupe C. À Bucarest, les hommes d’Andreï Chevtchenko se sont imposés 2 à 1 face à la Macédoine du Nord. Les Lions rouges ont pourtant malmené leurs adversaires en deuxième mi-temps mais les Jaunes et Bleus ont fait le dos rond pour résister.

Dans la National Arena de Bucarest, ce sont deux nations en quête de revanche qui se présentaient : séduisants face aux Pays-Bas, les Ukrainiens avaient en effet laissé filer la victoire dans les derniers instants (3-2) tandis que le Petit Poucet macédonien n’avait pas réussi à l’emporter face à l’Autriche (3-1).

Dimitrievski résiste puis craque

Dans la lignée des qualités montrées face aux Oranjes, les Ukrainiens prennent le match à leur compte. En début de match, Malinovskyi envoie un centre enroulé vers le point de penalty macédonien mais tombe sur un Dimitrievski qui boxe le ballon des deux poings (4e). Quelques minutes plus tard, Karavaev joue à deux avec un coéquipier et déborde sur le couloir droit. Arrivé le long de la ligne de corner, il centre en retrait mais aucun de ses coéquipiers n’a suivi (15e). 

Les Macédoniens imposent un défi physique à leurs adversaires mais peinent à se montrer réellement dangereux. Ils ne restent dans le match que grâce aux exploits de leur portier Dimitrievski. Cependant, même ce dernier finit par craquer. Sur un corner mal tiré de Zinchenko, Karavaiev dévie et Yarmolenko se jette pour conclure. Le gardien macédonien ne peut qu’effleurer le ballon (1-0, 29e).

 

L’Ukraine fait le break dans la foulée. Zinchenko, Yarmolenko et Yaremchuk jouent en triangle. Ce dernier est lancé dans la profondeur et se retrouve seul. Il ajuste Dimitrievski d’un plat du pied droit chirurgical (2-0, 34e).

Les Lions rouges semblent alors touchés. L’emblématique capitaine Goran Pandev tente bien de sonner la révolte en réalisant un festival technique qu’il conclut d’un petit lob sur Buschnan. Le ballon finit bien au fond des filets mais l’arbitre siffle hors-jeu (39e).

Une seconde période macédonienne 

Au retour des vestiaires, les Macédoniens manquent de cueillir à froid leurs adversaires. Pandev contrôle, se retourne et sert Ademi à la limite du hors-jeu. Ce dernier ajuste un tir à bout portant mais tombe sur un Georgi Bushchan impérial (48e). L’Ukraine réplique immédiatement sur coup franc. Malinovskyi tente sa chance et contraint Dimitrievski à la claquette.

Les Macédoniens insistent. Ademi envoie une frappe dans la lucarne ukrainienne que Bushchan détourne in extremis sur son montant. Goran Pandev veut suivre mais est fauché irrégulièrement par Karavaiev. L’arbitre indique le point de penalty. Alioski se charge du penalty, le frappe à droite mais voit le portier ukrainien s’interposer. Cependant le ballon revient dans ses pieds. Cette fois, il conclut (2-1, 56e).

Une réduction du score qui semble couper les jambes des Ukrainiens. Les Jaunes et Bleus ne parviennent plus à monter à l’offensive pour reprendre le large. Au contraire de la Macédoine qui pousse pour égaliser. Aleksandar Trajkovski tente sa chance sur la gauche. Sa frappe puissante et vicieuse rebondit juste devant Bushchan. Le portier ukrainien ne peut que détourner en corner (68e).

Cependant, alors que la Macédoine vit un temps fort, la VAR signale une main du mur macédonien sur un coup-franc de Malinovskyi. Le joueur de l’Atalanta se charge du  penalty et tire sur la droite de Dimitrievski qui réalise un superbe arrêt. Les Macédoniens suivent bien et éloignent le danger (84e). Les dernières minutes ont beau être dominées par les Lions rouges, à l’image de cette mi-temps, le score en reste là malgré une dernière frappe de Pandev dans les arrêts de jeu.

L’Ukraine fait donc un grand pas vers les huitièmes de finale. Pour la Macédoine, cela sera plus compliqué même si avec les quatre meilleurs troisièmes qualifiés, rien n’est complètement perdu. 

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *