les clubs français en mission pour sauver l’indice UEFA

Publié le : Modifié le :

Marseille, Lyon et Monaco en Ligue Europa, Rennes en Ligue Europa Conférence… Les clubs français ont fort à faire, à partir de jeudi, pour redorer l’indice UEFA de la France, menacé en raison des contre-performances de ces dernières années. Un déclassement qui pourrait à terme faire perdre de précieuses places qualificatives à la Ligue 1.

Après la Ligue des champions, place à la Ligue Europa et la toute nouvelle C4 : la Ligue Europa Conférence. Quatre clubs français y sont engagés : l’Olympique de Marseille (OM), l’Olympique lyonnais (OL), l’AS Monaco et le Stade Rennais. Et ils ont une mission commune : bien y figurer pour sauver l’indice UEFA français qui, à force de contre-performances dans les différentes compétitions européennes, a plongé. Une menace qui pourrait pénaliser les clubs de Ligue 1 dès la saison prochaine.

L’indice UEFA est calculé sur les performances européennes des clubs d’une nation donnée sur les cinq dernières saisons. Il permet d’attribuer à chaque pays un nombre de places pour la Ligue des champions, la Ligue Europa et désormais la Ligue Europa Conférence de l’année suivante, mais aussi de préciser si les clubs doivent passer par des tours préliminaires ou non.

Or, depuis quelques années, les performances européennes de la Ligue 1 semblent paraphraser le titre d’un vieil ouvrage de géographie : Paris, Lyon et le désert français. L’Équipe, le quotidien sportif français de référence, a lâché une statistique qui résume l’ampleur du désastre : en dehors de l’OL et du PSG, les autres formations tricolores engagées en Ligue des champions n’ont pris que 8 points sur 90 possibles entre 2017 et 2021.


Dans la dernière mise à jour du classement, fin août, intervenue à la fin des barrages de la Ligue des champions, la France a reculé d’un rang au classement des coefficients UEFA, au profit du Portugal, dont les clubs ont effectué un excellent mois d’août européen. 

La messe n’est cependant pas encore dite et, à partir de jeudi soir, la France peut encore faire bouger les lignes d’ici la fin de l’année si ses clubs sont performants et inverser la triste tendance qui les a vus se faire régulièrement humilier dès les phases de groupe ces dernières années.

Des défis de taille pour les clubs français

Les Marseillais se rendent jeudi à Moscou pour affronter le Lokomotiv, actuel 3e du championnat de Russie, et tenteront de rester dans l’élan de leur belle victoire (2-0) à Monaco pour bien lancer leur campagne européenne, dans un groupe E relevé, qui les verra ensuite affronter la Lazio Rome et les Turcs de Galatasaray. Les hommes de Jorge Sampaoli espèrent probablement revivre une épopée pareille à celle de 2018, qui avait vu Dimitri Payet et les siens ne s’incliner qu’en finale contre l’Atletico Madrid.

>> À lire aussi : Bamba Dieng, la sensation sénégalaise de l’OM

Pour l’OL, un trophée européen est un vieux rêve de son président Jean-Michel Aulas. Avec leur recrutement séduisant (Emerson, Boateng et Shaqiri), les Gones doivent assumer leurs ambitions en Ligue Europa et enfin aller au bout. Placés dans un groupe à leur portée (Brondby, Sparta Prague), les Lyonnais commencent leur aventure à Glasgow, face aux Rangers.

Éliminé en phase de barrages de la C1 par le Shakhtar Donetsk, Monaco accueillera de son côté les Autrichiens du Sturm Graz, l’adversaire a priori le plus facile de son groupe (PSV Eindhoven, Real Sociedad). 

Enfin, Rennes a la lourde charge d’être le premier club français de l’histoire engagé en Ligue Europa Conférence. Le club attaque avec le  gros morceau de son groupe : les Spurs de Tottentham, emmenés par l’attaquant Harry Kane. Mal engagés en championnat, les Rouges et Noirs devraient avoir à cœur d’offrir quelques émotions européennes à leurs supporters.

Des conséquences à la fin de l’année

Des contre-performances pourraient avoir à terme des conséquences dramatiques pour le football français. Le glissement de la France à la sixième place, s’il est confirmé à l’issue des différentes compétitions européennes, aura pour conséquence de faire perdre à ses clubs un billet direct pour la phase de poules de la Ligue Europa.

Le club qui terminera cinquième de Ligue 1 au printemps 2022 gagnera un sésame pour la moins prestigieuse Ligue Europa Conférence, comme le sixième du championnat.

Le quatrième continuera, lui, à être directement qualifié pour les poules de la Ligue Europa, et les trois premiers pour la Ligue des champions (avec des tours préliminaires pour le troisième).

Dans le nouveau format à 36 équipes de la Ligue des champions, d’application dès 2024, le cinquième pays à l’indice UEFA bénéficiera de trois qualifiés directs pour la phase de poules de la C1. Le quatrième du championnat national devra quant à lui disputer les tours préliminaires.

Lille a montré l’exemple en Ligue des champions. Sans complexe, face au leader actuel de la Bundesliga, les Dogues n’ont pas tremblé et peuvent même nourrir des regrets de ne pas avoir obtenu les trois points. Aux Lyonnais, Marseillais, Rennais et Monégasques de faire au moins aussi bien, voire mieux.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *