Lea Delavaria, actrice de “Orange is the new black”, vient défendre “Potato dreams of America”

Publié le :

Après des superstars comme Johnny Depp, Oliver Stone ou Dylan Penn, ce sont des talents moins connus en France qui foulent le tapis rouge de Deauville pour le 47e festival du cinéma américain. L’actrice américaine Lea Delavaria est de ceux-là. Comédienne de stand-up, chanteuse de jazz, elle est très connue aux États-Unis pour son rôle dans la série “Orange is the new black”.

Elle est aussi une icône de la communauté LGBTQ+ et raconte à notre envoyé spécial Clovis Casali combien elle savoure son plaisir et sa chance de vivre son rêve comme actrice. Elle est notamment à l’affiche de “Potato dreams of America” (“Patate rêve d’Amérique”, Patate étant ici le surnom du personnage principal), le film de Wes Hurley qu’elle vient présenter sur les planches.

Côté sorties en salles, Thomas Baurez et Laure Manent s’intéressent à “La nuit des rois”, qui a reçu le label Cannes 2020. Le réalisateur franco-ivoirien Philippe Lacôte entraîne le spectateur dans une prison d’Abidjan, où le jeune Roman se voit imposer par le parrain du lieu, Barbe noire, de raconter une histoire tous les soirs pour avoir la vie sauve. Le film est à la croisée de plusieurs genres, entre tragédie classique, fantastique, récit biblique et documentaire, le tout servi par une mise en scène puissante et un scénario très structuré qui provoquent le vertige.

Xavier de Lauzanne se rend, lui, en Syrie avec “9 jours à Raqqa”. Le documentaire suit Leila Mustapha, une Kurde syrienne de 30 ans devenue maire de la ville après que le groupe État islamique en a été chassé. La jeune femme, dont les déplacements sont étroitement surveillés pour éviter d’éventuels attentats, raconte son parcours, son engagement et ses espoirs pour cette ville meurtrie qu’il faut reconstruire pierre à pierre. Le film a lui aussi reçu le label Cannes 2020 et constitue le premier volet d’une trilogie sur “La Vie après Daech”.

Enfin, cette édition 100 % cinéma rend hommage à Jean-Paul Belmondo, qui vient de nous quitter. Acteur de la Nouvelle vague, l’interprète du “Magnifique” ou de “Pierrot le fou” s’est éteint à 88 ans. Il était très discret ces dernières années, après un AVC qui l’avait laissé diminué. Un hommage national lui sera rendu jeudi 9 septembre aux Invalides.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *