le PSG de Pochettino condamné à séduire face à Leipzig

Publié le :

Le PSG a beau enchaîner les victoires, son jeu ne séduit toujours pas. Sous pression, Mauricio Pochettino doit montrer que sa montagne de stars est une équipe et non une simple somme d’individualités. Sous peine de donner du grain à moudre à ceux qui voudraient déjà le voir quitter le banc parisien.

Être entraîneur du PSG n’a rien d’une sinécure. Non seulement il faut gagner en permanence mais il faut aussi le faire avec la manière. Mauricio Pochettino en sait quelque chose. Alors même que son bilan depuis le début de la saison n’a rien de honteux, le coach argentin de Paris est sous pression avant la rencontre, mercredi 3 novembre, face au RB Leipzig, chez lui, pour la quatrième journée de la Ligue des champions.

Des résultats probants…

Sur le plan statistique, il n’y a pourtant rien à reprocher au technicien argentin pour sa première saison débutée sur le banc parisien. Au bout de douze journées, le PSG compte dix victoires et un match nul pour un seul faux pas face à Rennes. Il caracole à la première place en ayant accroché le scalp de l’OL (2-1) et surtout celui de Lille (2-1), qui lui a chipé le titre l’an dernier. Il n’a pas non plus perdu au Vélodrome face au  vieil ennemi marseillais (0-0).

En Ligue des champions, le bilan est également bon. Après une contre-performance initiale face à Bruges (1-1), le PSG est désormais confortablement installé à la tête de son groupe après ses succès face à Manchester City (2-0) et au RB Leipzig (3-2). Invaincu sur la phase aller, Pochettino fera un grand pas vers la dixième qualification consécutive de Paris en huitièmes de finale en cas de nouveau succès face aux Allemands.

… mais sans la manière

Cependant, le PSG est sous le feu des critiques depuis le début de saison. Il fait davantage parler de lui par ses succès arrachés in extremis que par la qualité du spectacle.

Une hérésie pour les suiveurs alors que les propriétaires qataris ont ajouté Hakimi, Wijnaldum, Ramos et Donnarumma, et surtout la légende vivante Lionel Messi, à un effectif “all-star” déjà composé – entre autres – de Kylian Mbappé, Neymar, Angel Di Maria, Marco Verrati, Marquinhos et Kaylor Navas.

Avec cet effectif, il est réclamé à Maurico Pochettino non seulement de gagner mais aussi de le faire avec style et domination. Ne pas se contenter de renversement de situation spectaculaire comme cela a souvent été le cas cette saison – encore vendredi dernier contre Lille, lorsque les Parisiens ont égalisé à la 74e minute avant d’assommer les Dogues à deux minutes de la fin du temps réglementaire.

“Ce n’est pas un hasard de voir cette équipe répondre de cette manière. Cela montre sa mentalité, son caractère. On veut gagner, de la meilleure manière possible, et avec le plus d’écart possible, mais la vérité, c’est qu’on souffre”, a voulu se défendre Mauricio Pochettino après le match face à Lille, soulignant que “ça ne peut pas être une coïncidence qu’on ait gagné dix matches sur douze de championnat. Je suis content de la mentalité de l’équipe.”

La piste Zidane

Avec un tel effectif sur le terrain, forcément, les observateurs attendent mieux. Et se prennent déjà à rêver d’un nom pompeux à la hauteur de la myriade de talents de la Ville lumière. Pour certains d’entre eux, Zinedine Zidane coche toutes les cases : il possède un CV éprouvé en Ligue des champions (trois victoires consécutives) et une capacité à gérer les ego de stars démontrée au Real Madrid. Il est également une des rares personnes qui pourraient convaincre Mbappé de rester dans la capitale française au prochain mercato.

Sauf que le PSG ne semble pas du tout sur cette longueur d’onde. Le directeur sportif Leonardo a élevé la voix après le match contre Lille pour parler de “critiques gratuites” à l’encontre de Pochettino et de spéculations qui “dépassent parfois les limites”.

“C’est comme si le coach ne savait pas ce que c’était un fond de jeu, qu’il ne comprend rien. Il cherche, on cherche. Pochettino, avant d’arriver, c’était un top 5 ; maintenant, soi-disant, il ne comprend plus rien. On a changé des choses. Les comptes, on les fera à la fin”, a-t-il recadré.

Si le coach argentin a encore pour le moment la confiance de sa direction, il va cependant devoir résoudre un petit casse-tête mercredi pour sa composition d’équipe : il sera privé de Marco Verratti et de Lionel Messi, tandis que Kylian Mbappé pourrait ne pas commencer le match. Neymar et Angel Di Maria, particulièrement en vue face à Lille, devront montrer à eux seuls que le PSG, ce n’est pas que la victoire, cela peut aussi être la manière.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.