le Norvégien Warholm et la Jamaïcaine Thompson-Herah élus athlètes de l’année 2021

Publié le :

Champion olympique du 400m haies à Tokyo en pulvérisant au passage le record du monde, le Norvégien Karsten Warholm a été désigné athlète masculin de l’année mercredi par World Athletics. La Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah, triple championne olympique au Japon, a été élue parmi les femmes.

En cette année 2021 marquée par les Jeux olympiques d’été de Tokyo, prévus l’année dernière mais repoussés de 12 mois en raison de la pandémie de Covid-19, les performances réalisées au Japon se sont logiquement avérées déterminantes dans l’attribution des titres d’athlètes de l’année. Cela s’est confirmé à Monaco ce mercredi 1er décembre avec les résultats de World Athletics, la fédération internationale d’athlétisme.

Sans surprise, deux des plus belles étoiles de Tokyo ont été récompensées par l’institution : le hurdler Karsten Warholm et la sprinteuse Elaine Thompson-Herah.

Warholm, un Norvégien dans l’histoire

Côté masculin, Karsten Warholm avait face à lui de beaux concurrents, parmi lesquels le sauteur suédois Armand Duplantis, athlète de l’année 2020, et le marathonien kényan Eliud Kipchoge, élu en 2018 et 2019. Le Norvégien de 25 ans a été désigné athlète masculin de l’année, quatre mois après son exploit sur la piste tokyoïte.

En finale du 400 m haies, Karsten Warholm a explosé son propre record du monde. Un mois plus tôt, il avait déjà battu le précédent meilleur temps établi en 1992 par l’Américain Kevin Young : 46”70 contre 46”78. Mais à Tokyo, Warholm a réalisé ce qui est considéré comme l’une des plus grandes performances de l’histoire de l’athlétisme.

Au terme d’une lutte féroce avec son rival américain Rai Benjamin, le Norvégien s’est arraché pour s’emparer de la médaille d’or avec un temps fou : 45”94. Depuis l’instauration du chronométrage électronique au début des années 70, jamais le record du monde du 400m haies n’avait connu une progression aussi phénoménale (76 centièmes).

“Remporte ce prix était mon rêve. Je suis si fier ! Je remercie toutes les personnes qui me soutiennent et je félicite tous les autres vainqueurs et nommés”, a-t-il écrit sur son compte Instagram. Karsten Warholm est le premier Norvégien sacré athlète de l’année.

Thompson-Herah fonce sur Griffith-Joyner

Chez les femmes, Elaine Thompson-Herah était la grande favorite, avec également la Vénézuelienne Yulimar Rojas en embuscade. Cette dernière, récompensée en 2020, avait un argument de poids avec son titre olympique et son record du monde du triple saut. Mais c’est bien la fusée jamaïcaine qui a eu les faveurs des votants.

En 2016, Elaine Thompson-Herah avait déjà brillé lors de Jeux olympiques de Rio de Janeiro en se parant d’or sur 100 m et 200 m, ainsi qu’avec une médaille d’argent sur 4 x 100 m. À Tokyo, la sprinteuse de 29 ans a fait encore mieux en allant chercher le plus beau métal sur les trois distances. Et outre ses titres, il y a aussi ses chronomètres époustouflants établis.

Sur 100 m, Elaine Thompson-Herah a couru en 10”61 en finale des JO, et surtout en 10”54 quelques semaines plus tard ; c’est la deuxième meilleure performance de tous les temps derrière les 10”49 de l’Américaine Florence Griffith-Joyner établis en 1988 dans des circonstances suspectes, entre soupçons de dopage et matériel électronique possiblement défectueux. Même scénario sur 200 m : avec un temps de 21”53 en finale des Jeux, Elaine Thompson-Herah est là aussi la deuxième plus rapide de l’histoire derrière Florence Griffith-Joyner (21”34). S’emparer de ces records fait partie de ses objectifs.

“Une belle façon de couronner une magnifique et historique saison avec mon premier trophée d’athlète de l’année. Je suis émerveillée de voir comment le Seigneur m’a guidée tout au long de l’année”, a écrit la Jamaïcaine sur son compte Instagram. Elle est la troisième athlète de son pays à recevoir ce prix après Merlene Ottey (1990) et Shelly-Ann Fraser-Pryce (2013).

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *