le capitaine Lloris n’a pas suffi pour sauver les Bleus

Publié le : Modifié le :

Hugo Lloris est apparu touché par l’élimination de l’équipe de France en huitièmes de finale face à la Suisse, lundi à Bucarest (3-3, 5 tirs au but à 4). Le gardien, qui avait relancé les Bleus en sortant un penalty en seconde période, ne le cache pas : cet échec “fait mal”. Il appelle à la remobilisation immédiate.

Il y a 21 ans, Fabien Barthez et ses coéquipiers internationaux de l’époque réalisaient le doublé : après la Coupe du monde 1998 à domicile, ils remportaient l’Euro 2000 en Belgique et aux Pays-Bas. Hugo Lloris, gardien et capitaine de l’équipe de France depuis des années, ambitionnait d’en faire autant, trois ans après le Mondial-2018 remporté en Russie. La Suisse a brisé son rêve, lundi 28 juin, en éliminant les champions du monde dès les huitièmes de finale de l’Euro 2021.

Un exploit avant la douloureuse désillusion

Dans cette rencontre spectaculaire, tout avait mal commencé pour les Bleus, menés dès la 15e minute. Après la pause, le scénario catastrophe s’est dessiné quand l’arbitre a accordé un penalty à la “Nati”. Mais c’est là que Lloris a revêtu son costume de sauveur, comme en 2018.

Face à Ricardo Rodriguez, le gardien de Tottenham a bondi du bon côté et repoussé cette balle de 2-0 (55e). Un exploit qui fait date : l’ex-Lyonnais et Niçois n’avait plus repoussé de penalty en équipe de France depuis octobre 2012 et un match contre l’Espagne. Il s’était incliné sur les 16 tirs subis depuis lors.

Deux minutes après sa parade, Karim Benzema se libérait et mettait la France sur la bonne voie. Jusqu’à la sortie de route dans les dix dernières minutes, puis au bout de la prolongation et de la séance de tirs au but.

Dans cette fameuse séance, le capitaine a failli se sublimer encore une fois face au quatrième tireur suisse, Ruben Vargas. Mais s’il a touché le cuir, il n’a pu l’empêcher d’aller au fond des filets. Quelques instants plus tard, son homologue Yann Sommer a eu la main ferme pour arrêter la frappe de Kylian Mbappé et sortir les Bleus de l’Euro.

“C’est douloureux, encore plus sur une séance de tirs au but ou ça devient de la loterie”, a commenté Hugo Lloris à chaud, au micro de TF1. Le gardien n’a pas cherché à atténuer l’échec des Tricolores. “On peut avoir des regrets. En menant 3-1… Ces dernières années, on était capable de fermer la boutique”, a-t-il grincé. La défense bleue est, en effet, apparue très fébrile sur la pelouse de Bucarest.

“Tout le monde attendait plus, nous les premiers”

Le joueur qui disputait lundi son 129e match international n’a pas voulu non plus “chercher d’excuses” comme la température ou les pépins physiques du groupe : “Lorsqu’on entre sur le terrain, on y va avec le mental, le physique, tout ce qu’il faut pour réussir.”

Même quelques instants après la défaite, Hugo Lloris mesure l’ampleur de l’échec : “Nous sommes les champions du monde en titre. Se faire éliminer en huitièmes de finale, ce n’est pas bon. Tout le monde attendait plus, nous les premiers. Ça se joue aux tirs au but. Il va falloir digérer cette déception.”

Près de 16 ans après ses débuts professionnels, le gardien est lucide. “C’est le football, c’est comme ça qu’on l’aime. Quand ça ne se passe pas comme on voudrait, ça fait mal”, analyse-t-il. L’équipe de France va désormais devoir se remobiliser et tirer les conclusions de ce raté, car la Coupe du monde au Qatar n’est que dans un an et demi. Et de toute évidence, Hugo Lloris, 34 ans et demi, sera encore là pour la suite des éliminatoires et, si tout va bien, pour défendre la couronne. “Dès la saison prochaine, il faudra se remettre au travail”, a-t-il glissé.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *