La maison d’édition Gallimard prête à publier des manuscrits inédits de Louis-Ferdinand Céline

Publié le :

Début août, des milliers de feuillets volés à l’auteur de “Voyage au bout de la Nuit” ont été retrouvés, provoquant une bataille judiciaire entre les ayants droit et celui qui détenait secrètement les précieux inédits. Vendredi, la maison d’édition Gallimard s’est quand à elle dite prête à être “éditeur exclusif”.

Des textes inédits de Céline bientôt en librairie ? Début août, plusieurs milliers de feuillets de l’écrivain ont ressurgi après avoir disparu pendant près de 75 ans. Vendredi 13 août, l’éditeur Gallimard s’est dit prêt à en être “l’éditeur exclusif”, sur fond de combat judiciaire entre les ayants droit et celui qui détenait secrètement les précieux inédits. 

Alors que beaucoup les pensaient perdus à jamais, quelque 6 000 feuillets ont été récupérés fin juillet par les ayants droit de Louis-Ferdinand Céline, mort en 1961 et de sa veuve, Lucette Destouches, décédée en 2019 : Me François Gibault, 89 ans, pénaliste et écrivain proche de “Madame Céline” et Véronique Robert-Chovin, 69 ans, qui fut l’élève de danse de celle-ci.

“Il s’agit d’une découverte exceptionnelle et sans précédent”, explique à l’AFP Emile Brami, libraire et biographe de Céline. “Céline n’a cessé de répéter que ces manuscrits avaient été volés. Cette découverte prouve qu’il disait la vérité”

“Lucette (Destouches) pensait que des textes sortiraient après sa mort”, se souvient Véronique Robert-Chovin. “Mais on ne pensait pas que ça sortirait aussi brutalement et de façon aussi rocambolesque”. 

L’existence de ces documents a été rendue publique la semaine dernière par Le Monde. Ils avaient été conservés pendant 15 ans par Jean-Pierre Thibaudat (un nom de plume), critique dramatique et ancien journaliste de Libération, qui affirme se les être vu remettre par un de ses lecteurs, dont il n’a pas révélé l’identité.

“Céline accordait une telle importance à ces manuscrits”, rappelle l’éditeur historique de l’écrivain, Antoine Gallimard, auprès de l’AFP, que “Gallimard doit jouer le rôle qui a toujours été le sien depuis 1951 (…): l’éditeur exclusif de son œuvre littéraire.”

Des textes inédits, une version alternative de “Mort à crédit”

Que contiennent ces documents ? Outre une légende d’inspiration médiévale, “La volonté du roi Krogold”, on trouve des centaines de feuillets de deux textes inédits, l’un sur la guerre de 14 et l’autre sur la période londonienne de Céline, expliquent les rares personnes à avoir vu les manuscrits.

Surtout, ils contiennent “le chaînon manquant” de “Casse-Pipe”, l’œuvre inachevée de Céline, estime Emile Brami. “Il rétablit la composition originelle de l’œuvre , entre ‘Mort à crédit’ et ‘Voyages au bout de la nui'”, renchérit David Alliot, éditeur et expert de Céline. 

Se trouvent également parmi les feuillets une lettre inédite du poète collaborateur Robert Brasillach à Céline et des documents utilisés par l’écrivain pour ses pamphlets antisémites.

Une version alternative complète de “Mort à crédit”, l’un des principaux romans de Céline, est destinée par les ayants droit à être remise en dation à la BNF qui, en 2001, avait acquis le premier jet de “Voyage au bout de la nuit”. 

Les manuscrits nécessitent “un travail de recherche et d’analyse pour établir un appareil critique le plus rigoureux possible”, recommandent les deux spécialistes.

“L’édition est aussi une affaire de patience. Le travail doit être mené de façon très scrupuleuse”, abonde Antoine Gallimard, qui rappelle la “priorité donnée” à sa maison d’édition “pour la publication de tous les écrits inédits à venir” de l’auteur par sa veuve. 

Enquête pour “recel de vol”

 “Mon dilemme moral et intellectuel est de savoir quel texte publier et sous quelle forme”, explique à l’AFP François Gibault. “Alors que Céline ne l’avait pas fait de son vivant, même avant de se les faire voler”.

Les documents, dérobés à la Libération de Paris alors que l’écrivain antisémite et son épouse étaient partis en exil, ont eu un parcours incertain avant d’arriver entre les mains de Jean-Pierre Thibaudat, qui a remis l’ensemble des manuscrits à l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC) où il était convoqué. 

Une enquête pour “recel de vol” a été ouverte le 17 février dernier par le parquet de Paris suite à une plainte déposée par les ayants droit, a indiqué le parquet à l’AFP. Les investigations ont alors été confiées à l’OCBC. 

Antoine Gallimard s’est dit pour sa part “très rassuré” que les ayants droit aient récupéré les manuscrits : “c’est une véritable garantie, tant pour la conservation que pour la publication et la mise en valeur des manuscrits”. 

 La maison Gallimard se tient prête “dans la mesure où les ayants droit de l’écrivain nous auront fait part de leur accord”, précise Antoine Gallimard. Me Gibault estime quant à lui “naturel” de rencontrer “l’éditeur historique” de Céline en premier, possiblement début septembre.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *