Il y a quarante ans, la légende du reggae Bob Marley s’éteignait

Publié le :

Quarante ans après sa mort, l’œuvre de la légende du reggae Bob Marley continue de faire vibrer le monde entier. Retour sur la carrière de cet artiste hors-norme qui a inspiré des générations de musiciens et de chanteurs. 

Quarante ans après la mort de Bob Marley, à 36 ans seulement, l’héritage de la légende du reggae reste vivace. La première star mondiale issue du tiers monde a contribué, comme aucun autre, à ouvrir la musique à de nouvelles influences.

“Une lumière qui scintille deux fois plus fort dure deux fois moins longtemps”, dit à l’AFP Judy Mowatt, l’une des trois membres fondatrices des I-Threes, le groupe des choristes du chanteur jamaïcain, qui comptait également Rita, son épouse. “Et par bien des aspects, Bob Marley était notre étoile la plus brillante. Il a fait beaucoup en peu de temps.”

Celle qui a fait une carrière solo remarquée se souvient de cette journée de mai 1981. “Il était hospitalisé depuis quelques jours à Miami et j’ai reçu cet appel”, lui annonçant le décès de Robert Nesta Marley, emporté par un cancer de la peau qui s’était généralisé.

“L’argent ne peut pas acheter la vie”

“C’était la fin de toutes ces années à travailler ensemble”, se souvient Judy Mowatt, qui avait rejoint les I-Threes en 1974, et vit aujourd’hui toujours en Jamaïque. “Ça m’a frappée d’un coup : Bob s’en était allé pour toujours.”

“L’argent ne peut pas acheter la vie”, aurait dit le chanteur à son fils Ziggy avant de mourir. 

Sept années seulement se seront écoulées entre la sortie de “Catch a Fire”, l’album qui mettra Bob Marley en orbite, et ce décès prématuré, huit mois après son dernier concert, à Pittsburgh.

>> À voir aussi : Tiken Jah Fakoly : “Depuis Bob Marley, le reggae s’est donné comme mission d’éveiller les consciences”

Ce quarantième anniversaire marque aussi la première fois que les trois membres fondateurs des Wailers, Peter Tosh, Bob Marley et Bunny Wailer sont réunis dans l’au-delà, après la mort de ce dernier, début mars, à 73 ans, à Kingston, souligne Maxine Stowe, qui fut longtemps manageuse de Bunny Wailer.


L’album “Legend” parmi les 100 meilleures ventes aux États-Unis

La musique produite lors de ces années prolifiques continue de résonner aujourd’hui. L’album de ses plus grands succès, “Legend”, figure ainsi parmi les 100 meilleurs ventes aux États-Unis depuis 13 ans sans discontinuer. Seul “Dark Side of the Moon” de Pink Floyd a fait mieux.

La comédie musicale “Get Up! Stand Up!” consacrée au rastafari le plus célèbre du monde, devrait faire ses débuts à Londres en octobre, et le studio hollywoodien Paramount a mis en chantier un film biopic, co-produit par Rita, Ziggy et Cedella Marley (sa fille). 


“Cet homme a amené le reggae aux quatre coins du monde, absolument partout”, disait la chanteuse jamaïcaine Etana dans une interview publiée dimanche par le Jamaica Observer.

Le reggae à la conquête du monde

Pour la première fois, une musique moderne qui ne venait pas d’Angleterre ou des États-Unis trouvait un écho dans le monde entier. Quarante ans après, la K-pop et le reggaeton, dont les chansons sont souvent dans une autre langue que l’anglais, ont conquis la planète, jusqu’au coeur de l’Amérique profonde.

“Je n’ai pas eu le privilège de le voir en chair et en os, mais son oeuvre n’en a pas moins influencé ma vie et ma vision des choses”, explique le journaliste jamaïcain Karyl Walker. “Bob Marley est, sans aucun doute, le fils le plus célèbre de la Jamaïque.”

Avant sa mort, Bob Marley cherchait à accroître encore son audience hors de Jamaïque, a rappelé au Jamaica Observer l’archiviste de référence du chanteur, l’Américain Roger Steffens, selon lequel il s’apprêtait à quitter le petit label Island Records pour une maison de disques majeure.

“La plus grande déception de sa vie aura été son impossibilité de séduire le public afro-américain”, a affirmé Roger Steffens. Il y parviendra, mais après sa mort. Interrogé, il y a quelques jours par le Sunday Times, le rappeur et producteur noir Jay-Z, a dit espérer, un jour, être associé aux géants de la musique : “Bob Marley et tous les grands”.

Avec AFP

L’Afrique est un totem chez Bob Marley. Sur la pochette de son album “Survival” (1979), on voit 48 drapeaux africains, comme pour en appeler à l’unité africaine, idée reflétée dans le morceau “Africa Unite”. Un autre titre, “Zimbabwe”, laboure le thème de la décolonisation dont le chanteur jamaïquain s’est fait le chantre. Marley jouera d’ailleurs dans ce pays le 17 avril 1980 dans le cadre des cérémonies d’indépendance de l’ex-Rhodésie du Sud (auparavant sous tutelle britannique). “Quand je l’ai rencontré pour la dernière fois, en mai 1980, il y avait le drapeau du Zimbabwe au 56 Hope Road (la maison du chanteur à Kingston en Jamaïque, NDLR)”, se souvient pour l’AFP Francis Dordor, journaliste devenu une référence sur la star.

La première fois qu’il a joué sur le continent africain, c’était à l’invitation d’une fille d’Omar Bongo, une de ses petites amies. La journaliste Anne-Sophie Jahn raconte l’idylle entre le chanteur et Pascaline Bongo dans le livre “Bob Marley et la fille du dictateur”, publié en avril 2021. En janvier 1980, il a joué à Libreville pour l’anniversaire d’Omar Bongo, après avoir rencontré Pascaline à l’issue d’un concert. Elle lui propose de venir jouer au Gabon pour l’anniversaire de son père. “Toucher la terre de notre terre d’origine, quatre cent ans après en avoir été extraits, mais sans nos chaînes, c’était déjà un accomplissement en soi”, a confié à Anne-Sophie Jahn le musicien “Natty Wailer” qui jouait avec Marley.

En comptant un bref séjour en Éthiopie en 1978, à titre personnel, Marley n’aura visité que trois pays africains. “Il aurait adoré voyager davantage sur le continent africain, développe Francis Dordor. Mais à l’époque, il y avait peu de structures pour accueillir ses concerts et puis sa carrière est courte, car il décolle seulement au milieu des années 1970”.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *