“Dune” de Denis Villeneuve, à mi-chemin entre blockbuster et film d’auteur

Publié le :

Dans cette émission 100% cinéma, Laure Manent et Thomas Baurez nous parlent des dernières sorties cinéma, avec notamment le tant attendu “Dune” de Denis Villeneuve, adapté du roman de science-fiction de Frank Herbert publié en 1965. L’adaptation cinématographique de cet ouvrage a connu une histoire tumultueuse : après les tentatives infructueuses d’Alejandro Jodorowsky et de Ridley Scott, la version de David Lynch proposée en 1984 a été jugée décevante.

Denis Villeneuve, déjà à l’origine de “Blade Runner 2049”, s’attaque à une saga iconique. Le résultat a été largement salué par les fans de la saga. Mais pour le chroniqueur Thomas Baurez, le résultat est un peu lisse et le héros, Paul Atréides, incarné par Timothée Chalamet, se plaint beaucoup.

Autres sorties cinéma cette semaine, “Le Genou d’Ahed”, du réalisateur israélien Navad Lapid, raconte l’histoire d’un cinéaste invité à donner une conférence en plein coeur du Néguev. L’organisatrice lui demande de ne pas aborder de questions politiques. Cette restriction de sa liberté d’expression entraîne une violente prise de conscience de la situation en Israël. La mise en scène, agitée, sert le propos du cinéaste, dont le film a reçu le Prix du jury au dernier Festival de Cannes.

Présenté au Festival du cinéma américain de Deauville, “L’État du Texas contre Melissa” dessine un monde d’inégalités où la justice américaine a tendance à écraser les plus petits en les enfonçant encore plus dans une misère dont ils ne parviennent pas à sortir. La réalisatrice franco-américaine Sabrina Van Tassel raconte l’histoire de Melissa, mère de famille de 14 enfants, dont l’une des filles meurt après une chute dans des escaliers. La justice s’empare de l’affaire, convaincue qu’elle a poussé la fillette. Le piège judiciaire se referme sur cette hispano-américaine, la première à être condamnée à mort au Texas. Le film retrace la vie de cette coupable idéale, battue, violée lorsqu’elle était enfant, maltraitée par ses conjoints, droguée….

Dans “Les amours d’Anaïs”, son premier long-métrage, Charline Bourgeois-Taquet, met en scène Anaïs Demoustier, héroïne éponyme du film, qui court à travers la vie et d’amour en amour. Elle se cherche et papillonne d’amant en amant, jusqu’à rencontrer Emilie (Valeria Bruni-Tedeschi), une écrivaine qui la fascine et dont elle tombe amoureuse.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *