Djokovic remporte un 20e Grand Chelem et égale Federer et Nadal

Publié le : Modifié le :

Novak Djokovic poursuit sa formidable collecte en 2021. Le Serbe a remporté, dimanche, le tournoi de Wimbledon pour la sixième fois de sa carrière, face à l’Italien Matteo Berrettini (6-7 [4], 6-4, 6-4, 6-3). Avec 20 victoires en Grand Chelem, il égale Roger Federer et Rafael Nadal.

Il avait rendez-vous avec l’histoire. Novak Djokovic ne l’avait pas caché : en arrivant à Londres il y a deux semaines, son objectif était de triompher encore sur le gazon de Wimbledon et de rejoindre les deux autres titans, Roger Federer et Rafael Nadal, dans les annales du tennis. “C’est pour ça que je suis là. C’est pour ça que je joue”, rappelait-il après sa demi-finale remportée face à Denis Shapovalov.

Mission accomplie pour le Serbe, dimanche 11 juillet. Opposé à Matteo Berrettini en finale, le numéro un mondial s’est imposé en quatre manches (6-7 [4], 6-4, 6-4, 6-3). Le voilà fort d’un palmarès avec six sacres à Wimbledon, et donc désormais 20 victoires en Grand Chelem. Comme Federer et Nadal. Monstrueux.

Le novice Berrettini a bousculé le patron

S’il n’est pas le chouchou du public de Wimbledon, lequel préfère Roger Federer, Novak Djokovic est un habitué des lieux. Avant dimanche, il comptait six finales ici, pour cinq victoires et une défaite. Un passif londonien – et global – bien plus conséquent que celui de son adversaire du jour.

Matteo Berrettini, 25 ans, est arrivé tel une comète dans le circuit. Après des débuts pros timides en 2015, le colosse (1,96m et 96 kilos) a eu comme un déclic il y a deux ans. Il s’est depuis installé dans le top 10 et a signé son principal fait d’armes mi-juin, avec une victoire dans le tournoi du Queen’s. Une progression impressionnante, bien sûr, mais incomparable avec la carrière gigantesque du “Djoker”, de neuf ans son aîné.

Premier Italien finaliste à Wimbledon, Matteo Berrettini a connu un retard à l’allumage qui a laissé craindre un match à sens unique. Novak Djokovic a pris le dessus et s’est procuré deux balles de set à 5-3. Mais la machine s’est grippée et n’a pas réussi à conclure, au moment où le neuvième joueur mondial réglait la mire. Le néophyte aux coups droits de mammouth en a profité pour recoller au score et remporter la première manche au tie break, en 1h12 de jeu. Comme en quarts de finale de Roland-Garros, Berrettini a pris un set à “Nole”.

Djokovic impitoyable

Avec le soutien du public – qui sera sans doute moins fan de l’Italie dimanche soir, pour la finale de l’Euro 2021 entre l’Angleterre et la Squadra Azzurra – et le gain de la première manche, Matteo Berrettini avait le vent en poupe. Seulement voilà, Novak Djokovic est parmi les plus adversaire les plus coriaces quand il est dos au mur. Le tenant du titre s’est ressaisi, a haussé le ton, a mené 5-1 pour s’adjuger in fine le deuxième set 6-4.

La suite de cette finale s’est dessinée inexorablement. Sans être sensationnel, Djokovic a conservé un niveau un cran au-dessus de celui de Berrettini, auteur de trop de fautes directes. La troisième manche est tombée dans son escarcelle 6-4.

Impitoyable, le Serbe a annihilé chaque tentative de l’Italien de refaire surface et a empoché le quatrième et dernier set 6-3. Il s’est alors écroulé sur le court avant de goûter un brin d’herbe, comme il en a pris l’habitude.

2021, l’année parfaite ?

Novak Djokovic égale ainsi ses rivaux Roger Federer et Rafael Nadal avec un 20e sacre en Grand Chelem, 13 ans après sa première conquête à l’Open d’Australie. La carte de visite du Serbe est folle : neuf titres à Melbourne (record), deux à Roland-Garros, trois à l’US Open (à deux unités du record codétenu par Federer, Jimmy Connors et Pete Sampras) et donc six à Wimbledon (à deux unités du record de Federer).

20 victoires en 30 finales de Grand Chelem, au moins deux victoires dans chaque tournoi, et un bilan positif dans ses confrontations directes avec Federer (27 victoires, 23 défaites) et Nadal (30 victoires, 28 défaites) : avec de telles références, Djokovic s’affirme toujours plus dans le fameux débat autour du meilleur joueur de l’histoire du tennis.

Le “Djoker” accomplit une année 2021 ahurissante. Après l’Open d’Australie remporté face à Daniil Medvedev et après le tournoi de Roland-Garros remporté face Stefanos Tsitsipas (et avec une demi-finale monumentale face à Rafael Nadal), il s’offre Wimbledon et peut désormais rêver à une saison parfaite. Novak Djokovic pourrait devenir le premier homme à conquérir les quatre tournois du Grand Chelem sur une même année. L’ogre regarde déjà vers l’US Open (du 30 août au 12 septembre). Sans oublier la perspective d’aller chercher l’or olympique à Tokyo (du 24 au 30 juillet), lui qui n’avait pris que le bronze à Pékin en 2008. Dans l’histoire du tennis, seule l’Allemande Steffi Graf a réussi pareil exploit. “Nole” suit la même route.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *