De jeunes footballeuses afghanes se réfugient au Pakistan

Publié le :

Un mois après la prise de pouvoir des Taliban à Kaboul, l’équipe féminine junior de football d’Afghanistan a trouvé refuge au Pakistan avant de rejoindre un autre État dans un mois. Une trentaine d’autres, toujours en Afghanistan, espèrent pouvoir quitter bientôt le pays car elles craignent pour leur sécurité. 

Les footballeuses afghanes de l’équipe junior sont en sûreté. Les autorités pakistanaises ont annoncé, mercredi 15 septembre, que l’équipe féminine junior de football d’Afghanistan était arrivée au Pakistan, un mois après la prise de pouvoir des Taliban à Kaboul. 

Les joueuses avaient tenté de fuir le pays mais s’étaient retrouvées bloquées après l’attentat meurtrier commis le 26 août aux abords de l’aéroport de Kaboul, a précisé à l’AFP une source proche de l’équipe.  

Quitter le pays 

Au total, plus de 75 personnes (joueuses, entraîneurs, familles) ont franchi, mardi, la frontière avec le Pakistan avant de rejoindre la ville de Lahore où elles ont été accueillies avec des guirlandes de fleurs. 

Elles resteront au Pakistan pendant un mois avant de rejoindre un autre pays. Une trentaine d’autres, toujours en Afghanistan, espèrent pouvoir bientôt partir.  

Les joueuses, membres de l’équipe nationale des moins de 14 ans, des moins de 16 ans et des moins de 18 ans, ont traversé la frontière en burqas, avant d’opter pour un simple foulard une fois sur le sol pakistanais, a précisé Sardar Naveed Haider, de l’ONG Football for Peace, basée à Londres. 

Ce dernier a expliqué avoir reçu une demande d’évacuation émanant d’une autre ONG et l’avoir adressée au Premier ministre pakistanais, Imran Khan, qui a donné son accord pour accueillir les jeunes footballeuses au Pakistan.  

“Nous souhaitons la bienvenue à l’équipe afghane de football féminin”, a salué, mercredi, sur Twitter, le ministre pakistanais de l’Information, Fawad Chaudhry.  

“Les joueuses étaient en possession d’un passeport afghan valide, d’un visa pakistanais et ont été reçues par Nouman Nadeem”, de la Fédération pakistanaise de football, a-t-il ajouté.  

Une situation dangereuse 

Cette évacuation s’ajoute à celle, fin août, des joueuses de l’équipe nationale de football et de leurs familles, désormais réfugiées en Australie.  

La Fédération internationale des footballeurs professionnels (FIFPro) avait, à l’époque, estimé que les joueuses afghanes évacuées se trouvaient “dans une situation dangereuse” et que “de nombreuses athlètes” étaient toujours en danger.  

Depuis leur retour au pouvoir en Afghanistan le 15 août dernier, les Taliban ont laissé entendre que les femmes pourraient pratiquer un sport mais sous certaines conditions strictes, notamment celles de ne pas être vues du public. Aucune décision officielle n’a toutefois encore été annoncée.  

Lors de son premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001, le mouvement islamiste avait interdit aux femmes de pratiquer un sport ou d’assister à des matches.  

Plusieurs dizaines de milliers d’Afghans ont fui le pays depuis le retour au pouvoir du mouvement islamiste de crainte de représailles ou de répression. 

Avec AFP 

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *