Caeleb Dressel et Emma McKeon, roi et reine des bassins olympiques

Publié le :

L’Australienne Emma McKeon et l’Américain Caeleb Dressel ont remporté respectivement sept et cinq médailles en natation lors des Jeux de Tokyo, ne laissant que les miettes à leurs adversaires.

Week-end de chassé-croisé sur les routes des JO de Tokyo. Alors que l’athlétisme entame sa semaine olympique, les épreuves de natation se sont achevées dimanche 1er aout. Le verdict est sans appel : Caeleb Dressel et Emma McKeon ont affolé les compteurs de médailles.

• Emma McKeon, femme la plus médaillée sur une seule édition


Avant Tokyo, on la disait toujours placée, mais jamais gagnante sur les courses individuelles. Au centre aquatique olympique de Tokyo, Emma McKeon a pulvérisé son plafond de verre et a rapporté sept médailles –quatre d’or et trois de bronze– dont deux victoires en individuel.

La nageuse de 27 ans s’est en effet imposé sur 100 et 50 mètres en nage libre et a remporté avec l’équipe d’Australie les relais de 4 x 100 m nage libre et 4 × 100 m 4 nages. Elle est également montée sur le podium du relais 4 × 100 m 4 nages mixte et 4 x 200 m nage libre ainsi que du 100 mètres papillon.

Une moisson de médailles qui lui permet de devenir la femme la plus médaillée en natation en une seule édition des JO.

• Caeleb Dressel, dans les pas de la légende Michael Phelps


L’Américain Caeleb Dressel a terminé son incroyable moisson olympique avec cinq titres, dont deux conquis pendant la seule journée du dimanche 1er août durant la dernière journée des épreuves de natation

>> À lire aussi : Tokyo 2021 : les incroyables travaux d’Hercule du nageur américain Caeleb Dressel

Le Floridien de 24 ans a débuté la journée en dominant le 50 m en 21 sec 07, devant le Français Florent Manaudou (21 sec 55). Après avoir reçu sa médaille d’or, Dressel a replongé avec ses camarades de “Team USA” pour remporter le relais 4×100 m quatre nages : alignée en papillon et partie en 3e position, la star américaine de ces Jeux a remis les États-Unis sur les rails et contribué à la victoire finale, assortie d’un record du monde (3 min 26 sec 78, contre 3 min 27 sec 28 établis en 2009 en combinaison).

Le prodige de la natation a affolé les records : sur le 100 m papillon, il a abaissé son propre record du monde à 49 sec 45. Sur le 50 m nage libre, il a établi un nouveau record olympique (21 sec 07), tout comme en 100 m nage libre (47 sec 02).

Reparti des JO-2016 avec deux titres en relais, mais aucune médaille individuelle, le nageur de 24 ans est devenu un monstre du sprint dans l’intervalle, avec 13 titres de champion du monde entre 2017 et 2019. Alors qu’il visait six titres à Tokyo, il n’en aura laissé échapper qu’un : celui du 4×100 m quatre nages mixte samedi, bouclé par les Américains à la cinquième place.

Même s’il goûte peu la lumière, il porte l’essentiel des espoirs de la natation américaine qui voit en lui le successeur du légendaire Michael Phelps, 23 fois champion olympique entre 2004 et 2016 dont huit sacres sur la seule édition 2008.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *