Avec “Cigare au miel”, Kamir Aïnouz signe un premier film réussi

Publié le :

Dans cette fiction très personnelle, parsemée de souvenirs familiaux, la cinéaste algérienne Kamir Aïnouz raconte l’histoire de Selma, 17 ans, issue d’une famille berbère et laïque de Neuilly-sur-Seine. Cette famille d’expatriés bourgeois a choisi de fuir la décennie noire des années 90, sans réussir à y échapper totalement, vivant à distance l’horreur et les errances politiques et idéologiques qui secouent l’Algérie. C’est dans ce contexte que Selma rencontre Julien et fait l’expérience de ses premiers émois. Amira Casar partage l’affiche avec Zoé Adjani, la nièce d’Isabelle Adjani, véritable révélation dans “Cigare au miel”.

Au premier rang des sorties cinéma de la semaine se trouve ” Mourir peut attendre”, le dernier James Bond en date. Ce 25e opus marque la fin du cycle Daniel Craig, qui selon la tradition de la franchise, l’acteur devant céder le smoking de 007 à la relève. Le film fait un début très remarqué en salles : pour son premier week-end d’exploitation, “Mourir peut attendre” a généré 121 millions de dollars de recettes dans le monde.

Ce démarrage sur les chapeaux de roues est d’autant plus remarquable que le film n’est pas encore sorti aux États-Unis ou en Chine. Les producteurs peuvent souffler un peu car cet épisode a coûté, selon le magazine Variety, 300 millions de dollars, la pandémie de Covid-19 générant de lourdes pertes. À force de repousser la date de sortie, la production n’a en effet pas pu honorer certains contrats publicitaires.

Du côté des films hors norme, le “Défi” (nom provisoire), dont le tournage commence, raconte l’histoire d’une chirurgienne russe envoyée dans la Station spatiale internationale pour y sauver un cosmonaute atteint d’une maladie rare. L’histoire se déroule donc dans l’espace, mais le tournage aussi. Ce “Défi” sera le premier film de l’histoire tourné dans l’espace, damant le pion à Tom Cruise qui espérait être le premier acteur à tourner en orbite autour de la Terre. Le film a été confié au réalisateur Klim Chipenko, qui va diriger ses acteurs Ioulia Peressild et Anton Chkaplerov pendant 12 jours à quelques centaines de kilomètres de la Terre.

Avec “7 jours”, le réalisateur nippon Yuta Murano consacre un film d’animation à la question de l’immigration. Le timide Mamoru découvre que sa voisine Aya, dont il est secrètement amoureux, va bientôt déménager. Il lui propose de fuguer pour fêter ses 17 ans. Dans l’usine désaffectée où ils trouvent refuge, ils découvrent un jeune thaïlandais qui se cache pour échapper à la police. Le scénario brasse le romanesque, le caustique, le cinéma d’action et le politique, pour une mise en scène ébouriffante.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *