Au premier GP de Formule 1 en Arabie saoudite, la délicate chicane des droits de l’Homme

Alors que débute le week-end du premier Grand Prix d’Arabie saoudite de l’histoire de la Formule 1, les ONG dénoncent les manquements du royaume en matière de droits de l’Homme. Habitué à prendre la parole sur le sujet, le champion du monde en titre, Lewis Hamilton, est resté fidèle à sa réputation lors de la première conférence de presse. 

Les dirigeants saoudiens ne pouvaient certainement rêver d’un meilleur scénario. Au moment où les pilotes de Formule 1 se présentent à Jeddah pour le tout premier Grand prix de l’histoire d’Arabie saoudite, et l’avant-dernier rendez-vous de la saison, le duel pour le titre de champion du monde continue de faire rage entre Max Verstappen (Redbull) et Lewis Hamilton (Mercedes), une situation inédite depuis 2016.  

Une diversion parfaite pour l’Arabie saoudite alors que plusieurs ONG accusent l’émirat d’utiliser cet évènement et les festivités autour pour “détourner l’attention de violations généralisées des droits humains”, selon les mots de Human Rights Watch.  

Football, cyclisme, Paris-Dakar, Formule E et désormais Formule 1… Ces dernières années, l’Arabie saoudite utilise le sport pour améliorer son image et diversifier son économie pétrolière comme elle le fait déjà avec la culture et le tourisme. Une attitude qualifiée de “sportwashing” par plusieurs associations de défense de droits de l’Homme, à commencer par Human Rights Watch et Amnesty International, qui appellent les pilotes et les artistes invités ce week-end à agir.

>> À lire aussi : Football, cyclisme, Dakar… les armes de “soft power” du royaume saoudien

“Toute entreprise qui participe à un événement d’importance majeure en Arabie saoudite doit détecter, atténuer ou empêcher toute atteinte aux droits humains qu’elle pourrait causer ou à laquelle elle pourrait contribuer ou être directement liée en raison de ses activités, produits ou services, y compris en ce qui concerne la Formule 1 et ses grands prix”, enjoint Amnesty International dans un communiqué.

“Les autorités saoudiennes doivent comprendre que le respect des droits humains représente la meilleure opération possible de relations publiques. Si les autorités veulent modifier l’image qu’elles projettent, elles doivent alors libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes incarcérées pour avoir pacifiquement exprimé leurs opinions, lever toutes les interdictions de voyager et instaurer un moratoire sur la peine de mort”, ajoute l’ONG. 

“S’ils n’expriment pas leurs préoccupations quant aux graves abus commis par l’Arabie saoudite, la Formule 1 et les artistes risquent de soutenir les efforts coûteux du gouvernement saoudien pour blanchir son image, malgré une augmentation significative de la répression au cours des dernières années”, explique Michael Page, directeur adjoint pour le Moyen-Orient au sein de Human Rights Watch, dans un communiqué. 

Lewis Hamilton dénonce les lois “effroyables” contre les homosexuels 

Pressé de s‘exprimer en conférence de presse jeudi 3 décembre, le pilote britannique Lewis Hamilton, qui a fait de la lutte contre les discriminations son combat, n’a pas botté en touche. Il a notamment confié ne pas être “à l’aise ici mais que ça n’était pas (son) choix”.  

“Notre sport a choisi d’être ici et, que ce soit juste ou non, je pense que, pendant que nous sommes là, il est encore important de faire un travail de sensibilisation”, a-t-il poursuivi. “Il est important pour nous d’éveiller les consciences. Et j’essaye de le faire à ma mesure. Et les lois qui condamnent les homosexuels (prison et flagellation) sont assez effroyables.” 

Pour le septuple champion du monde, il s’agira de porter de nouveau le casque aux couleurs de la communauté LGBT+ qu’il arborait déjà au Qatar il y a quinze jours et portera de nouveau à Abu Dhabi la semaine prochaine. 

Un autre pilote a tenu à faire un geste : l’ancien champion du monde Sebastien Vettel. Il a organisé un événement de karting avec quelques femmes, dans un pays où elles n’ont le droit de conduire que depuis 2018. Il arborera également un casque hommage “Race for women” (courir pour les femmes) lors de la course.

“Voir la confiance de ces femmes et leur donner cette opportunité dans un secteur dominé par les hommes, c’est génial et ça m’a donné beaucoup de plaisir”, a-t-il expliqué. “Bien sûr, il y a des manquements à corriger mais je pense que le positif est une arme plus puissante que le négatif.”  

L’Allemand n’en est pas non plus à son coup d’essai en matière de politique dans le paddock. Avant le départ du Grand Prix de Hongrie en août, il s’était présenté habillé d’un tee-shirt et arborant un masque aux couleurs de l’arc-en-ciel pour dénoncer les nouvelles dispositions légales interdisant la “promotion” de l’homosexualité auprès des mineurs, entrées récemment en vigueur dans le pays. Sur cette tenue, un message était inscrit en noir “Same Love”. 

Justin Bieber sous le feu des critiques 

Attendu dimanche pour un concert en marge du GP d’Arabie saoudite, Justin Bieber a été très critiqué par les associations de défense des droits de l’Homme pour sa participation. 

Hatice Cengiz, la fiancée du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné en 2018 au consulat de son pays à Istanbul, a pris la tête du mouvement qui appelle Justin Bieber à annuler sa venue. “C’est une occasion unique pour envoyer un message fort au monde indiquant que votre nom et votre talent ne seront pas utilisés pour redorer le blason d’un régime qui tue ses opposants”, a-t-elle écrit dans une tribune publiée dans le Washington Post fin novembre. 

Sur les réseaux sociaux, le hashtag #WTFJustin a été largement partagé, tandis qu’un avion arborant une bannière “Pourquoi Bieber chante-il pour des assassins saoudiens ?” a survolé, le mois dernier, le ciel de Los Angeles lors des American Music Awards. 

L’Arabie saoudite se justifie 

Anticipant les critiques que susciterait le Grand Prix de Jeddah, le Prince Khalid bin Sultan, président de la Fédération saoudienne auto et moto, s’était fendu d’une interview.  

“Ce qui (polit) l’image du royaume, ça n’est pas un chanteur, mais ses dirigeants et son peuple… Vous ne pouvez pas polir ou montrer une image différente de la réalité”, justifiait-il 

“Un combat est mené contre le royaume depuis des années, un combat pour des raisons politiques”, estime le patron des sports automobiles en Arabie saoudite. “Il y a ceux qui disent que le royaume est en retard et contre les droits humains… Bien sûr, personne n’est parfait, et les plus grandes nations qui brandissent la liberté et les droits humains ont plus que leur part de critiques dans ces domaines.” 

“Nous croyons en nous, cette guerre va continuer, on va continuer sur notre chemin et la porte est ouverte à tous pour nous rendre visite et voir qui nous sommes vraiment”, tentait de convaincre le prince. 

Plus anecdotique, mais néanmoins révélateur, aucune restriction vestimentaire ne s’applique finalement sur le circuit de Jeddah, où se tient le GP, ni dans aucun lieu public de la ville. 

Dans un premier temps, le journal espagnol Marca avait évoqué des règles strictes, notamment pour les femmes, qui ont provoqué le mécontentement de certaines équipes et du grand public. Mais une note transmise ensuite aux médias par l’organisateur les enjoint seulement à “respecter les sensibilités culturelles de l’Arabie saoudite”. 

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *