après la débâcle de l’Euro, les Bleus se tournent vers le Qatar

Publié le :

Deux mois après l’élimination de l’équipe de France face à la Suisse, Didier Deschamps retrouvent ses Bleus pour la suite de la campagne de qualifications pour la Coupe du monde au Qatar. À charge du sélectionneur d’aider son groupe à passer outre les tensions. 

Une compétition en chasse une autre. Deux mois à peine après être sortie de l’Euro de football par la petite porte, l’équipe de France doit déjà se tourner vers sa prochaine échéance : le Mondial-2022 disputé au Qatar. Pour être de ce rendez-vous planétaire, les Bleus doivent continuer leur campagne de qualification quasi-parfaite et gagner leur prochain duel à domicile face à la Bosnie-Herzégovine, mercredi 1er septembre à 20 h 45 (heure de Paris). 

Les Bleus, en tête de leur groupe, retrouvent dans le stade de la Meinau un adversaire qu’ils avaient battu fin mars à Sarajevo sur un unique but d’Antoine Griezmann (1-0). Entretemps, ils ont mordu la poussière au Championnat d’Europe, stoppés en huitièmes de finale par la Suisse (3-3, 5-4 tab). 

Giroud écarté 

Didier Deschamps n’a pas cédé pour autant à la tentation d’un grand ménage. Dans sa liste, seulement quatre nouvelles têtes : Aurélien Tchouaméni, Moussa Diaby, Theo Hernandez ou Jordan Veretout. Ces petits nouveaux profitent surtout des blessures (Lucas Hernandez, Benjamin Pavard, Adrien Rabiot…) mais aussi de la volonté du choix de Didier Deschamps de changer quelques éléments à la marge, parmi les habitués aux seconds rôles comme Moussa Sissoko, Wissam Ben Yedder ou Clément Lenglet. Ce dernier a finalement intégré le groupe à la faveur du forfait de Dayot Upamecano. 

Seul choix fort : la non-sélection d’Olivier Giroud, pilier de l’équipe de France de l’ère Deschamps. Il est l’unique champion du monde 2018 sélectionnable à n’avoir pas été rappelé. Le tout alors qu’il ne se trouve plus qu’à 5 buts du record de Thierry Henry en bleu (51 buts) et qu’il retrouve enfin du temps de jeu en club avec l’AC Milan, après plusieurs années à cirer le banc de Chelsea. 

De manière concomitante, Olivier Giroud paie à la fois le retour gagnant en équipe de France de Karim Benzema à l’Euro (4 buts) ainsi qu’une inimitié que lui porte Kylian Mbappé. La porte n’est probablement pas fermée à jamais, mais Didier Deschamps a fait le choix de privilégier la jeunesse du prodige de Bondy à son attaquant vieillissant. 

Mbappé au centre de l’attention 

Après un match amical face à la Bulgarie début juin, Olivier Giroud avait fustigé certains de ses coéquipiers en ciblant un manque de jeu collectif et un trop grand individualisme. Sans être nommé, l’attaquant du PSG s’était alors senti visé. 

“Il n’avait pas à dire ça, c’est une certitude”, a assuré Deschamps à propos de Giroud dans une interview fleuve à l’Équipe, le 20 août dernier. “Cela a généré de petites tensions sur deux, trois jours.” 

Si “DD” a tranché en sa faveur, l’image de Kylian Mbappé reste passablement écornée. Toujours selon l’Équipe, plusieurs cadres n’ont que peu goûté le fait que le Parisien aille se plaindre directement au président de la fédération française Noël Le Graët.  

De plus, l’actualité de la superstar française et son possible départ au Real Madrid vampirise ce début de séquence internationale. Apparu épanoui à Reims dimanche, l’attaquant continue de ne rien laisser filtrer, alors que l’intérêt des Madrilènes semblait s’estomper avant la clôture du mercato mardi soir à minuit et les divers refus du PSG 

Si les négociations venaient à reprendre, le jeune champion du monde, comme Jules Koundé, lui aussi courtisé (par Chelsea), devra répondre aux sollicitations depuis le groupe France. Si le Château de Clairefontaine est équipé pour organiser d’éventuelles visites médicales de dernière minute, cela paraît plus compliqué à Strasbourg, où les Bleus disputent leur premier match de cette séquence internationale.

“Idéal ? Évidemment non, mais je ne vais pas me battre. Kylian comme d’autres peuvent être dans un cas de figure où ils peuvent changer de club, je ferai en sorte d’être conciliant”, avait reconnu Didier Deschamps jeudi 

Retrouver la bonne dynamique 

Le sélectionneur a d’autres impératifs, avec son groupe de 23. Tout en apaisant les tensions, il doit trouver les clés pour redonner du souffle à un groupe qui en a manqué cet été. Les matches du week-end dans les différents championnats européens ont par ailleurs révélé quelques pépins physiques à surveiller. Outre Upamecano, remis mardi à la disposition du Bayern, N’Golo Kanté, touché à une cheville avec Chelsea, sera scruté en ce début de stage. 

L’état physique des troupes et l’épilogue du mercato, autant de dossier qui accompagneront les Tricolores pour cette rentrée, mercredi soir,, dans un stade de la Meinau à guichets fermés. Et qui feront presque oublier que les Bleus ont beaucoup à se faire pardonner, après la déroute de l’Euro. 

Le sélectionneur a déjà prévenu que “le plus important, c’est ce qui nous attend” : cela passe par une rentrée sans accroc, contre la Bosnie d’abord, puis en Ukraine samedi (20h45) et contre la Finlande mardi 7 septembre (20h45). 

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *