Alexia Putellas, reine du Barça et nouvelle icône du foot mondial

Publié le :

L’Espagnole Alexia Putellas a remporté le troisième Ballon d’Or féminin de l’histoire, couronnant une saison où elle a aussi remporté la Ligue des champions avec le FC Barcelone. Portrait.

Supportrice du FC Barcelone depuis petite, Alexia Putellas, 27 ans, est devenue au fil des années une icône de son club de coeur, et a gravi les échelons jusqu’au Ballon d’Or, qu’elle a reçu, lundi 29 novembre, à Paris.

Du plus loin qu’elle s’en souvienne, son premier souvenir au Camp Nou remonte au 6 janvier 2000. A six ans, maillot blaugrana sur le dos (photos à l’appui), Alexia Putellas avait choisi d’aller assister au derby du Barça contre l’Espanyol Barcelone le jour des Rois Mages avec le groupe de supporters de Mollet del Vallès, sa ville de naissance, au nord de Barcelone.

Vingt-et-un ans plus tard jour pour jour, le 6 janvier dernier, lors d’un derby remporté 5-0 contre l’Espanyol Barcelone, c’est elle qui est devenue la première buteuse de l’ère moderne du Camp Nou, cinquante ans après l’équipe des “Pionnières” qui avaient amorcé le football féminin à Barcelone.

Le plus grand stade d’Europe (99 000 places) étant à huis clos en raison de la pandémie, personne n’avait pu assister à cette première au stade. Peu importe. La figure d’Alexia Putellas dépasse désormais le cadre du football, et celui de la Catalogne.

“Alexia”, comme il est écrit sur le dos de son maillot, n’est pas seulement l’un des symboles de l’évolution du football féminin en Espagne et en Europe. Elle en est aussi l’un des moteurs. 

Recrutée à seulement 12 ans

Comme beaucoup de ses contemporaines, Alexia Putellas commence à jouer au football dans la cour du collège, avec les garçons. “Ma mère en avait marre de me voir rentrer avec des bleus plein les jambes, elle m’avait inscrite dans un club pour que j’arrête de jouer pendant les récréations”, racontait-elle à l’été 2020 lors d’une conférence en ligne organisé par La Caixa.

Elle prend donc sa première licence dans un club d’une ville voisine, le CE Sabadell. Elle est rapidement repérée par le Barça, qui la recrute à seulement 12 ans. “Là, les choses sérieuses commençaient… mais on n’envisageait encore pas du tout pouvoir un jour vivre du football”, confiait-elle.

En 2010-2011, elle accède à l’équipe première de l’Espanyol Barcelone, où elle fait ses premiers pas comme professionnelle. L’Espanyol perd la finale du championnat contre le Rayo Vallecano, et la finale de la Coupe de la Reine contre le FC Barcelone. Transférée à Levante la saison suivante, elle ne gagne aucun titre, la coupe nationale étant raflée par… son ancienne équipe, l’Espanyol.

En juillet 2012, deux mois après avoir perdu son père, à qui elle a dédié lundi son trophée, Alexia Putellas réintègre son club de coeur, le Barça, conquis par son “pied gauche soyeux”. Dès sa première saison, elle occupe un rôle central: le Barça remporte le championnat et la Coupe de la Reine, dont elle sera élue meilleure joueuse en finale.

Un triplé historique

Ses bonnes prestations lui ouvrent dès 2013 les portes de la sélection espagnole, qu’elle avait déjà mené vers l’or chez les jeunes. Elle participera aux Euros 2013 et 2017 et aux Mondiaux 2015 et 2019 en France, où l’Espagne chutera en 8es de finale. 

Depuis avril, la capitaine du Barça a dépassé le cap des 150 buts marqués sous les couleurs du FC Barcelone, qu’elle a mené vers un historique triplé Coupe-Championnat-Ligue des champions la saison passée. Et en 2021, les récompenses individuelles ont commencé à pleuvoir. Alexia Putellas a été désignée par l’UEFA meilleure joueuse de l’année, et meilleure milieu de la Ligue des champions 2020-2021.

Ce Ballon d’Or arrive au zénith de sa carrière, mais représente surtout un point de bascule pour tout un pays, dont des milliers de jeunes filles auront désormais une figure féminine à laquelle s’identifier.

“Cela représentera un tournant pour tout le pays”, a clamé la milieue de terrain dans un entretien pour Vogue Espagne diffusé jeudi. “Le seul Espagnol à l’avoir gagné jusqu’à présent est Luis Suarez, en 1960. Il y en a eu d’autres qui ont été proches, comme Xavi ou Iniesta. Mais cela marquera un point de rupture dans l’histoire de notre football”.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *